Peinture baigneuse assise
Attentive
Peinture baigneuse
3 bandes
Peinture baigneuse assise
Sirène
Peinture baigneuse
Troisent
Peinture baigneuse
Marche
Peinture baigneuse
Sonia B
Peinture baigneuse
Deux
Peinture baigneuse
Antibes
Peinture baigneuse
2 femmes grandes
Peinture baigneuse
Femme à la serviette
Peinture baigneuse
Bains douches
Peinture baigneuse
Dos brouillé
Peinture baigneuse
Cabine
Peinture baigneuse
Baigneuse assise
Peinture baigneuse
Intérieurs bleus
Peinture baigneuse
traverses
Peinture baigneuse
Une à la serviette
Peinture baigneuse
Les 2 baigneuses
Peinture baigneuse
Ouverte
Peinture baigneuse
Indigo
Peinture baigneuse assise
Au bord
Peinture baigneuse
noname
Peinture baigneuse
Pas de trois Un
Birdy
Surprise
Soir
Deux indigo
Les crétoises
Sentinelle
Les crétoises bleues

Pas de deux

La réserve, la complicité, l'observation, l'empathie... Entre distance sociale et distance personnelle, le dialogue s'ébauche.

Equilibre fragile

La conversation à trois est un rapport de forces. Quelles alliances ? Quelles reconnaissances ? Quels regrets ? Qui de l'une à l'autre va trouver un écho ?

Au bord

Peut-être qu'elle ne va pas plonger. Peut-être qu'elle va se contenter d'être au bord et de savourer cet instant. Mais sans après, elle se perd. Hors de pensée, il lui faut nager.

Le maillot de bain

Le bonnet et le maillot de bain arborés comme un étendard. Uniformes de mouvement et de reconquête, ils ponctuent un lieu commun qui emprunte aux codes de l'affiche.

Les baigneuses

Les Baigneuses Et pourquoi ce thème si souvent illustré dont la contemporanéité du traitement échappe et dont les styles manquent de cohérence ?
Les premières baigneuses datent de 1988. Retrouvées au fond d'une grange, elles ont servi de prétexte à celles qui suivent.
Provocante, triomphante, blessée en 1988 ; la baigneuse s'ouvre sur la part du vide en 2013. Plus si seule, elle est deux, voire trois. Elle interroge : l'autre, le rapport à l'autre, la sororité.
L'espace entre les corps est aussi important que le corps lui-même. La femme occupe sa place dans un espace dont elle dessine les pleins et les partitions.
Pourquoi pas nue ? Parce que civilisée, parce qu'élevée dans son corps dans la dynamique du mouvement. Le maillot de bain est une libération. Il affirme. Il positionne.
Il n'habille pas pour séduire mais revêt la présence, active ou vacante d'un temps autonome où la femme s'occupe tranquillement de soi.
Ensemble. Si regard sur l'autre porté, il interpelle. Qui suis-je ? Qui es-tu ? Le rapport à l'autre, la distance et la proximité dans l'ignorance et la conscience de l'autre où chacune occupe sa place.
Belle ? Jeune ? Les femmes ne sont pas forcément "de première jeunesse". Elles ne portent rien que leur être au monde, que l'affirmation de leur humanité. Elles passent. Elles interrogent. Elles sont habillées de la dignité d'être soi. Leur beauté n'est pas le sujet. Leur place oui.

Impostures

Faux dessins de fausses postures. Dans le rôle du nu habillé, la baigneuse a du mal à trouver sa pause.